Recettes traditionnelles

Voici la programmation du South Beach Wine & Food Festival 2017

Voici la programmation du South Beach Wine & Food Festival 2017

L'une des plus grandes célébrations de la nourriture et des boissons arrive à Miami pour sa 16e année consécutive: The Food Network et Cooking Channel's Festival du vin et de la gastronomie de South Beach. Les billets sont en vente pour le festin d'une semaine du 22 au 26 février, et nous avons une liste de spécialités culinaires dans lesquelles plonger vos fourchettes.

Certains des événements les plus populaires sont de retour et peuvent sembler familiers aux participants du New York City Wine & Food Festival, notamment le Burger Bash et les Tacos and Tequila avec Aarón Sánchez. Parmi les nouveautés de cette année :

• Happy Hour Craft-y mettant l'accent sur les cocktails artisanaux (jeudi 23 février, de 17 h à 19 h)

• Burnt Ends : un dîner barbecue casher avec Alon Shaya (jeudi 23 février, 19 h - 22 h)

• Gâteries salées, sucrées et salées : une soirée de fin de soirée avec Bar Lab, The Salty Donut et Sarsparilla

Club (vendredi 24 février, 22 h 00 – 00 h 00)

• Brunch animé par José Andrés et Michael Schwartz (dimanche 26 février, 11h-14h)

• Noodling Around : une soirée nocturne avec Dale Talde (samedi 25 février, de 22 h à minuit)

• Food Fight animé par Guy Fieri (samedi, février – 00h00)

« Nous sommes particulièrement enthousiasmés par certains des nouveaux événements et fêtes de cette année, ainsi que par le retour des dégustations de signature préférées des fans et une gamme d'expériences de dîner intimes étoilées », Lee Schrager, fondateur du South Beach Wine & Food Festival, a dit Le Repas Quotidien. "Notre dîner hommage annuel honorera José Andrés et sera une soirée très spéciale avec Anthony Bourdain en tant que maître de cérémonie et des chefs comme Emeril Lagasse, Michael Voltaggio et Andrew Zimmern cuisinent."


Le dîner végétarien au South Beach Wine & Food Festival reflète une tendance plus large

Le dîner végétarien de Nobu est le premier événement explicitement végétarien au South Beach Wine & Food Festival. Le festin de ce soir est lié à la sortie 2012 du célèbre chef Nobu Matsuhisa, "Nobu's Vegetarian Cookbook".

Le dîner de 200 $ par siège a été l'un des premiers événements du festival à afficher complet, selon les organisateurs du South Beach Wine & Food Festival. Ce soir, alors que les convives se livrent à des aliments comme le risotto soba à la truffe noire, ils ne penseront probablement pas à quelle viande était "censée" être dans l'assiette. Cela reflète ce qui semble être un mouvement national plus large vers les aliments à base de plantes en tant que cuisine gastronomique à part entière et pas seulement en tant que régime de remplacement fade.

Dans un épisode de "America's Test Kitchen Radio" l'automne dernier, l'animateur Christopher Kimball a interviewé Yotam Ottolenghi, chef et auteur du livre de cuisine végétarienne "Plenty". Kimball a décrit une perception de la cuisine végétarienne :

En revanche, le livre d'Ottolenghi regorge de photographies luxuriantes de plats comme la salade de haricots verts à la coriandre, aux graines de moutarde et à l'estragon, de magnifiques recettes influencées par les racines culinaires méditerranéennes d'Ottolenghi. Tout comme le dîner végétarien de Nobu n'inclut pas le mot « sans viande », l'accent est mis dans « Plenty » sur l'abondance dans l'assiette, et non sur la viande qui manque.

Il y a eu la moindre baisse de la consommation de viande américaine, après un record historique de la dernière décennie. Et tandis que les Américains mangent toujours plus de viande que presque n'importe quel pays du monde, il semble y avoir un changement dans l'air du temps en faveur de la consommation de plus de légumes, même si nous ne mangeons pas beaucoup moins de viande.

Une récente vague de livres de cuisine attire également les Américains intéressés à manger plus de légumes, et pas seulement ceux qui suivent un régime végétarien.

Bien qu'il s'intitule "Sans viande : plus de 200 des meilleures recettes végétariennes", le dernier livre de recettes de Martha Stewart s'adresse aux végétariens, aux mangeurs de viande et aux "flexitariens" qui auraient pu intégrer les "lundi sans viande" à leur alimentation. Malgré le "sans viande" dans le titre, le livre de cuisine évite de réinventer les recettes de viande et se concentre sur des plats à base de légumes comme une trempette de pois chiches écrasés, de basilic et de radis avec des chips de pita ou une salade de chou frisé cru à la grenade et aux noix grillées.

"Les gens évoluent", a déclaré Stewart à Linda Gassenheimer sur "Topical Currents" de WLRN, "et je mange un peu moins de viande dans mon alimentation depuis plusieurs années maintenant. J'aime un régime plus léger. C'est juste quelque chose que j'attends avec impatience. . Je mange beaucoup de céréales et beaucoup de légumes. Je ne mange pas beaucoup de fromage non plus. J'aimerais pouvoir mais je ne le fais pas."

Les livres de cuisine s'adressent également aux Américains qui font face ou veulent éviter des problèmes de santé. Le prochain livre du chef et chroniqueur du New York Times Mark Bittman, "VB6", se concentre sur son mode de vie consistant à manger des aliments végétaliens avant 18 heures. Le soir, il inclut des produits laitiers et de la viande s'il le souhaite, mais avec modération.

Bittman était en surpoids et en mauvaise santé lorsqu'il a commencé cette habitude alimentaire, la préférant aux régimes contenant des aliments interdits ou qui comptaient les calories. Il était également intéressé par une alimentation plus végétale pour des raisons environnementales.

Bittman a rapporté dans un essai de NPR qu'il avait perdu 30 livres et amélioré sa santé en mangeant du "VB6". Le livre vise à suggérer un mode de vie « flexitarien » pour ceux qui aiment tous les aliments mais souhaitent incorporer plus de fruits, de légumes et de grains entiers dans leur alimentation.

Miami est généralement un endroit soucieux de leur corps - sinon nécessairement de leur santé - donc certains convives ici gravitent également vers un régime plus maigre pour maintenir un bon physique. Cependant, de nombreux résidents de Miami viennent également de pays d'Amérique latine et des Caraïbes où au moins les plats de « soul food » les plus courants sont assez riches en glucides et en viande. Comme l'a dit un de mes cousins ​​guatémaltèques : « Ce n'est pas un repas s'il n'y a pas de viande dans l'assiette.

Malgré cela, il semble y avoir un intérêt à manger (et à boire) plus de légumes localement, avec l'augmentation des clubs d'achat de légumes en vrac, des lieux de jus, des dîners de la ferme à la table et des événements végétaliens comme Love & Vegetables, une série de dîners mensuels . Encore une fois, même si les gens ne coupent pas nécessairement la viande, ils semblent vouloir manger plus de plantes.

Les chefs du sud de la Floride observent également une attention accrue aux légumes. Giorgio Rapicavoli est chef à Eating House à Coral Gables :

1500 Degrees at Eden Roc sur Miami Beach est un steakhouse, mais le représentant des relations publiques Larry Carrino note que l'assiette de légumes et de céréales "Local Farmer's Delight" est l'un de leurs plus gros vendeurs nocturnes.

La chef Paula DaSilva élabore ses menus autour de produits locaux de saison et elle note :


Le dîner végétarien au South Beach Wine & Food Festival reflète une tendance plus large

Le dîner végétarien de Nobu est le premier événement explicitement végétarien au South Beach Wine & Food Festival. Le festin de ce soir est lié à la sortie 2012 du célèbre chef Nobu Matsuhisa, "Nobu's Vegetarian Cookbook".

Le dîner de 200 $ par siège a été l'un des premiers événements du festival à afficher complet, selon les organisateurs du South Beach Wine & Food Festival. Ce soir, alors que les convives se livrent à des aliments comme le risotto soba à la truffe noire, ils ne penseront probablement pas à quelle viande était "censée" être dans l'assiette. Cela reflète ce qui semble être un mouvement national plus large vers les aliments à base de plantes en tant que cuisine gastronomique à part entière et pas seulement en tant que régime de remplacement fade.

Dans un épisode de "America's Test Kitchen Radio" l'automne dernier, l'animateur Christopher Kimball a interviewé Yotam Ottolenghi, chef et auteur du livre de cuisine végétarienne "Plenty". Kimball a décrit une perception de la cuisine végétarienne :

En revanche, le livre d'Ottolenghi regorge de photographies luxuriantes de plats comme la salade de haricots verts à la coriandre, aux graines de moutarde et à l'estragon, de magnifiques recettes influencées par les racines culinaires méditerranéennes d'Ottolenghi. Tout comme le dîner végétarien de Nobu n'inclut pas le mot « sans viande », l'accent est mis dans « Plenty » sur l'abondance dans l'assiette, et non sur la viande qui manque.

Il y a eu la moindre baisse de la consommation de viande américaine, après un record historique de la dernière décennie. Et tandis que les Américains mangent toujours plus de viande que presque n'importe quel pays du monde, il semble y avoir un changement dans l'air du temps en faveur de la consommation de plus de légumes, même si nous ne mangeons pas beaucoup moins de viande.

Une récente vague de livres de cuisine attire également les Américains intéressés à manger plus de légumes, et pas seulement ceux qui suivent un régime végétarien.

Bien qu'il s'intitule "Sans viande : plus de 200 des meilleures recettes végétariennes", le dernier livre de recettes de Martha Stewart s'adresse aux végétariens, aux mangeurs de viande et aux "flexitariens" qui auraient pu intégrer les "lundi sans viande" à leur alimentation. Malgré le "sans viande" dans le titre, le livre de cuisine évite de réinventer les recettes de viande et se concentre sur des plats à base de légumes comme une trempette de pois chiches écrasés, de basilic et de radis avec des chips de pita ou une salade de chou frisé cru à la grenade et aux noix grillées.

"Les gens évoluent", a déclaré Stewart à Linda Gassenheimer sur "Topical Currents" de WLRN, "et je mange un peu moins de viande dans mon alimentation depuis plusieurs années maintenant. J'aime un régime plus léger. C'est juste quelque chose que j'attends avec impatience. . Je mange beaucoup de céréales et beaucoup de légumes. Je ne mange pas beaucoup de fromage non plus. J'aimerais pouvoir mais je ne le fais pas."

Les livres de cuisine s'adressent également aux Américains qui font face ou veulent éviter des problèmes de santé. Le prochain livre du chef et chroniqueur du New York Times Mark Bittman, "VB6", se concentre sur son mode de vie consistant à manger des aliments végétaliens avant 18 heures. Le soir, il inclut des produits laitiers et de la viande s'il le souhaite, mais avec modération.

Bittman était en surpoids et en mauvaise santé lorsqu'il a commencé cette habitude alimentaire, la préférant aux régimes contenant des aliments interdits ou qui comptaient les calories. Il était également intéressé par une alimentation plus végétale pour des raisons environnementales.

Bittman a rapporté dans un essai de NPR qu'il avait perdu 30 livres et amélioré sa santé en mangeant du "VB6". Le livre vise à suggérer un mode de vie « flexitarien » pour ceux qui aiment tous les aliments mais souhaitent incorporer plus de fruits, de légumes et de grains entiers dans leur alimentation.

Miami est généralement un endroit soucieux de leur corps - sinon nécessairement de leur santé - donc certains convives ici gravitent également vers un régime plus maigre pour maintenir un bon physique. Cependant, de nombreux résidents de Miami viennent également de pays d'Amérique latine et des Caraïbes où au moins les plats de « soul food » les plus courants sont assez riches en glucides et en viande. Comme l'a dit un de mes cousins ​​guatémaltèques : « Ce n'est pas un repas s'il n'y a pas de viande dans l'assiette.

Malgré cela, il semble y avoir un intérêt à manger (et à boire) plus de légumes localement, avec l'augmentation des clubs d'achat de légumes en vrac, des points de jus, des dîners de la ferme à la table et des événements végétaliens comme Love & Vegetables, une série de dîners mensuels . Encore une fois, même si les gens ne coupent pas nécessairement la viande, ils semblent vouloir manger plus de plantes.

Les chefs du sud de la Floride observent également une attention accrue aux légumes. Giorgio Rapicavoli est chef à Eating House à Coral Gables :

1500 Degrees at Eden Roc sur Miami Beach est un steakhouse, mais le représentant des relations publiques Larry Carrino note que l'assiette de légumes et de céréales "Local Farmer's Delight" est l'un de leurs plus gros vendeurs nocturnes.

La chef Paula DaSilva élabore ses menus autour de produits locaux de saison et elle note :


Le dîner végétarien au South Beach Wine & Food Festival reflète une tendance plus large

Le dîner végétarien de Nobu est le premier événement explicitement végétarien au South Beach Wine & Food Festival. Le festin de ce soir est lié à la sortie 2012 du célèbre chef Nobu Matsuhisa, "Nobu's Vegetarian Cookbook".

Le dîner de 200 $ par siège a été l'un des premiers événements du festival à afficher complet, selon les organisateurs du South Beach Wine & Food Festival. Ce soir, alors que les convives se livrent à des aliments comme le risotto soba à la truffe noire, ils ne penseront probablement pas à quelle viande était "censée" être dans l'assiette. Cela reflète ce qui semble être un mouvement national plus large vers les aliments à base de plantes en tant que cuisine gastronomique à part entière et pas seulement en tant que régime de remplacement fade.

Dans un épisode de "America's Test Kitchen Radio" l'automne dernier, l'animateur Christopher Kimball a interviewé Yotam Ottolenghi, chef et auteur du livre de cuisine végétarienne "Plenty". Kimball a décrit une perception de la cuisine végétarienne :

En revanche, le livre d'Ottolenghi regorge de photographies luxuriantes de plats comme la salade de haricots verts à la coriandre, aux graines de moutarde et à l'estragon, de magnifiques recettes influencées par les racines culinaires méditerranéennes d'Ottolenghi. Tout comme le dîner végétarien de Nobu n'inclut pas le mot « sans viande », l'accent est mis dans « Plenty » sur l'abondance dans l'assiette, et non sur la viande qui manque.

Il y a eu la moindre baisse de la consommation de viande américaine, après un record historique de la dernière décennie. Et tandis que les Américains mangent toujours plus de viande que presque n'importe quel pays du monde, il semble y avoir un changement dans l'air du temps en faveur de la consommation de plus de légumes, même si nous ne mangeons pas beaucoup moins de viande.

Une récente vague de livres de cuisine attire également les Américains intéressés à manger plus de légumes, et pas seulement ceux qui suivent un régime végétarien.

Bien qu'il s'intitule "Sans viande : plus de 200 des meilleures recettes végétariennes", le dernier livre de recettes de Martha Stewart s'adresse aux végétariens, aux mangeurs de viande et aux "flexitariens" qui auraient pu intégrer les "lundi sans viande" à leur alimentation. Malgré le "sans viande" dans le titre, le livre de cuisine évite de réinventer les recettes de viande et se concentre sur des plats à base de légumes comme une trempette de pois chiches écrasés, de basilic et de radis avec des chips de pita ou une salade de chou frisé cru à la grenade et aux noix grillées.

"Les gens évoluent", a déclaré Stewart à Linda Gassenheimer sur "Topical Currents" de WLRN, "et je mange un peu moins de viande dans mon alimentation depuis plusieurs années maintenant. J'aime un régime plus léger. C'est juste quelque chose que j'attends avec impatience. . Je mange beaucoup de céréales et beaucoup de légumes. Je ne mange pas beaucoup de fromage non plus. J'aimerais pouvoir mais je ne le fais pas."

Les livres de cuisine s'adressent également aux Américains qui font face ou veulent éviter des problèmes de santé. Le prochain livre du chef et chroniqueur du New York Times Mark Bittman, "VB6", se concentre sur son mode de vie consistant à manger des aliments végétaliens avant 18 heures. Le soir, il inclut des produits laitiers et de la viande s'il le souhaite, mais avec modération.

Bittman était en surpoids et en mauvaise santé lorsqu'il a commencé cette habitude alimentaire, la préférant aux régimes contenant des aliments interdits ou qui comptaient les calories. Il était également intéressé par une alimentation plus végétale pour des raisons environnementales.

Bittman a rapporté dans un essai de NPR qu'il avait perdu 30 livres et amélioré sa santé en mangeant du "VB6". Le livre vise à suggérer un mode de vie « flexitarien » pour ceux qui aiment tous les aliments mais souhaitent incorporer plus de fruits, de légumes et de grains entiers dans leur alimentation.

Miami est généralement un endroit soucieux de leur corps - sinon nécessairement de leur santé - donc certains convives ici gravitent également vers un régime plus maigre pour maintenir un bon physique. Cependant, de nombreux résidents de Miami viennent également de pays d'Amérique latine et des Caraïbes où au moins les plats de « soul food » les plus courants sont assez riches en glucides et en viande. Comme l'a dit un de mes cousins ​​guatémaltèques : « Ce n'est pas un repas s'il n'y a pas de viande dans l'assiette.

Malgré cela, il semble y avoir un intérêt à manger (et à boire) plus de légumes localement, avec l'augmentation des clubs d'achat de légumes en vrac, des points de jus, des dîners de la ferme à la table et des événements végétaliens comme Love & Vegetables, une série de dîners mensuels . Encore une fois, même si les gens ne coupent pas nécessairement la viande, ils semblent vouloir manger plus de plantes.

Les chefs du sud de la Floride observent également une attention accrue aux légumes. Giorgio Rapicavoli est chef à Eating House à Coral Gables :

1500 Degrees at Eden Roc sur Miami Beach est un steakhouse, mais le représentant des relations publiques Larry Carrino note que l'assiette de légumes et de céréales "Local Farmer's Delight" est l'un de leurs plus gros vendeurs nocturnes.

La chef Paula DaSilva élabore ses menus autour de produits locaux de saison et elle note :


Le dîner végétarien au South Beach Wine & Food Festival reflète une tendance plus large

Le dîner végétarien de Nobu est le premier événement explicitement végétarien au South Beach Wine & Food Festival. Le festin de ce soir est lié à la sortie 2012 du célèbre chef Nobu Matsuhisa, "Nobu's Vegetarian Cookbook".

Le dîner de 200 $ par siège a été l'un des premiers événements du festival à afficher complet, selon les organisateurs du South Beach Wine & Food Festival. Ce soir, alors que les convives se livrent à des aliments comme le risotto soba à la truffe noire, ils ne penseront probablement pas à quelle viande était "censée" être dans l'assiette. Cela reflète ce qui semble être un mouvement national plus large vers les aliments à base de plantes en tant que cuisine gastronomique à part entière et pas seulement en tant que régime de remplacement fade.

Dans un épisode de "America's Test Kitchen Radio" l'automne dernier, l'animateur Christopher Kimball a interviewé Yotam Ottolenghi, chef et auteur du livre de cuisine végétarienne "Plenty". Kimball a décrit une perception de la cuisine végétarienne :

En revanche, le livre d'Ottolenghi regorge de photographies luxuriantes de plats comme la salade de haricots verts à la coriandre, aux graines de moutarde et à l'estragon, de magnifiques recettes influencées par les racines culinaires méditerranéennes d'Ottolenghi. Tout comme le dîner végétarien de Nobu n'inclut pas le mot « sans viande », l'accent est mis dans « Plenty » sur l'abondance dans l'assiette, et non sur la viande qui manque.

Il y a eu la moindre baisse de la consommation de viande américaine, après un record historique de la dernière décennie. Et tandis que les Américains mangent toujours plus de viande que presque n'importe quel pays du monde, il semble y avoir un changement dans l'air du temps en faveur de la consommation de plus de légumes, même si nous ne mangeons pas beaucoup moins de viande.

Une récente vague de livres de cuisine attire également les Américains intéressés à manger plus de légumes, et pas seulement ceux qui suivent un régime végétarien.

Bien qu'il s'intitule "Sans viande : plus de 200 des meilleures recettes végétariennes", le dernier livre de recettes de Martha Stewart s'adresse aux végétariens, aux mangeurs de viande et aux "flexitariens" qui auraient pu intégrer les "lundi sans viande" à leur alimentation. Malgré le "sans viande" dans le titre, le livre de cuisine évite de réinventer les recettes de viande et se concentre sur des plats à base de légumes comme une trempette de pois chiches écrasés, de basilic et de radis avec des chips de pita ou une salade de chou frisé cru à la grenade et aux noix grillées.

"Les gens évoluent", a déclaré Stewart à Linda Gassenheimer sur "Topical Currents" de WLRN, "et je mange un peu moins de viande dans mon alimentation depuis plusieurs années maintenant. J'aime un régime plus léger. C'est juste quelque chose que j'attends avec impatience. . Je mange beaucoup de céréales et beaucoup de légumes. Je ne mange pas beaucoup de fromage non plus. J'aimerais pouvoir mais je ne le fais pas."

Les livres de cuisine s'adressent également aux Américains qui font face ou veulent éviter des problèmes de santé. Le prochain livre du chef et chroniqueur du New York Times Mark Bittman, "VB6", se concentre sur son mode de vie consistant à manger des aliments végétaliens avant 18 heures. Le soir, il inclut des produits laitiers et de la viande s'il le souhaite, mais avec modération.

Bittman était en surpoids et en mauvaise santé lorsqu'il a commencé à manger, la préférant aux régimes contenant des aliments interdits ou qui comptaient les calories. Il était également intéressé par une alimentation plus végétale pour des raisons environnementales.

Bittman a rapporté dans un essai de NPR qu'il avait perdu 30 livres et amélioré sa santé en mangeant du "VB6". Le livre vise à suggérer un mode de vie « flexitarien » pour ceux qui aiment tous les aliments mais souhaitent incorporer plus de fruits, de légumes et de grains entiers dans leur alimentation.

Miami est généralement un endroit soucieux de leur corps - sinon nécessairement de leur santé - donc certains convives ici gravitent également vers un régime plus maigre pour maintenir un bon physique. Cependant, de nombreux résidents de Miami viennent également de pays d'Amérique latine et des Caraïbes où au moins les plats de « soul food » les plus courants sont assez riches en glucides et en viande. Comme l'a dit un de mes cousins ​​guatémaltèques : « Ce n'est pas un repas s'il n'y a pas de viande dans l'assiette.

Malgré cela, il semble y avoir un intérêt à manger (et à boire) plus de légumes localement, avec l'augmentation des clubs d'achat de légumes en vrac, des points de jus, des dîners de la ferme à la table et des événements végétaliens comme Love & Vegetables, une série de dîners mensuels . Encore une fois, même si les gens ne coupent pas nécessairement la viande, ils semblent vouloir manger plus de plantes.

Les chefs du sud de la Floride observent également une attention accrue aux légumes. Giorgio Rapicavoli est chef à Eating House à Coral Gables :

1500 Degrees at Eden Roc sur Miami Beach est un steakhouse, mais le représentant des relations publiques Larry Carrino note que l'assiette de légumes et de céréales "Local Farmer's Delight" est l'un de leurs plus gros vendeurs nocturnes.

La chef Paula DaSilva élabore ses menus autour de produits locaux de saison et elle note :


Le dîner végétarien au South Beach Wine & Food Festival reflète une tendance plus large

Le dîner végétarien de Nobu est le premier événement explicitement végétarien au South Beach Wine & Food Festival. Le festin de ce soir est lié à la sortie 2012 du célèbre chef Nobu Matsuhisa, "Nobu's Vegetarian Cookbook".

Le dîner de 200 $ par siège a été l'un des premiers événements du festival à afficher complet, selon les organisateurs du South Beach Wine & Food Festival. Ce soir, alors que les convives se livrent à des aliments comme le risotto soba à la truffe noire, ils ne penseront probablement pas à quelle viande était "censée" être dans l'assiette. Cela reflète ce qui semble être un mouvement national plus large vers les aliments à base de plantes en tant que cuisine gastronomique à part entière et pas seulement en tant que régime de remplacement fade.

Dans un épisode de "America's Test Kitchen Radio" l'automne dernier, l'animateur Christopher Kimball a interviewé Yotam Ottolenghi, chef et auteur du livre de cuisine végétarienne "Plenty". Kimball a décrit une perception de la cuisine végétarienne :

En revanche, le livre d'Ottolenghi regorge de photographies luxuriantes de plats comme la salade de haricots verts à la coriandre, aux graines de moutarde et à l'estragon, de magnifiques recettes influencées par les racines culinaires méditerranéennes d'Ottolenghi. Tout comme le dîner végétarien de Nobu n'inclut pas le mot « sans viande », l'accent est mis dans « Plenty » sur l'abondance dans l'assiette, et non sur la viande qui manque.

Il y a eu la moindre baisse de la consommation de viande américaine, après un record historique de la dernière décennie. Et tandis que les Américains mangent toujours plus de viande que presque n'importe quel pays du monde, il semble y avoir un changement dans l'air du temps en faveur de la consommation de plus de légumes, même si nous ne mangeons pas beaucoup moins de viande.

Une récente vague de livres de cuisine attire également les Américains intéressés à manger plus de légumes, et pas seulement ceux qui suivent un régime végétarien.

Bien qu'il s'intitule "Sans viande : plus de 200 des meilleures recettes végétariennes", le dernier livre de recettes de Martha Stewart s'adresse aux végétariens, aux mangeurs de viande et aux "flexitariens" qui auraient pu intégrer les "lundi sans viande" à leur alimentation. Malgré le "sans viande" dans le titre, le livre de cuisine évite de réinventer les recettes de viande et se concentre sur des plats à base de légumes comme une trempette de pois chiches écrasés, de basilic et de radis avec des chips de pita ou une salade de chou frisé cru à la grenade et aux noix grillées.

"Les gens évoluent", a déclaré Stewart à Linda Gassenheimer sur "Topical Currents" de WLRN, "et je mange un peu moins de viande dans mon alimentation depuis plusieurs années maintenant. J'aime un régime plus léger. C'est juste quelque chose que j'attends avec impatience. . Je mange beaucoup de céréales et beaucoup de légumes. Je ne mange pas beaucoup de fromage non plus. J'aimerais pouvoir mais je ne le fais pas."

Les livres de cuisine s'adressent également aux Américains qui font face ou veulent éviter des problèmes de santé. Le prochain livre du chef et chroniqueur du New York Times Mark Bittman, "VB6", se concentre sur son mode de vie consistant à manger des aliments végétaliens avant 18 heures. Le soir, il inclut des produits laitiers et de la viande s'il le souhaite, mais avec modération.

Bittman était en surpoids et en mauvaise santé lorsqu'il a commencé à manger, la préférant aux régimes contenant des aliments interdits ou qui comptaient les calories. Il était également intéressé par une alimentation plus végétale pour des raisons environnementales.

Bittman a rapporté dans un essai de NPR qu'il avait perdu 30 livres et amélioré sa santé en mangeant du "VB6". Le livre vise à suggérer un mode de vie « flexitarien » pour ceux qui aiment tous les aliments mais souhaitent incorporer plus de fruits, de légumes et de grains entiers dans leur alimentation.

Miami est généralement un endroit soucieux de leur corps - sinon nécessairement de leur santé - donc certains convives ici gravitent également vers un régime plus maigre pour maintenir un bon physique. Cependant, de nombreux résidents de Miami viennent également de pays d'Amérique latine et des Caraïbes où au moins les plats de « soul food » les plus courants sont assez riches en glucides et en viande. Comme l'a dit un de mes cousins ​​guatémaltèques : « Ce n'est pas un repas s'il n'y a pas de viande dans l'assiette.

Malgré cela, il semble y avoir un intérêt à manger (et à boire) plus de légumes localement, avec l'augmentation des clubs d'achat de légumes en vrac, des lieux de jus, des dîners de la ferme à la table et des événements végétaliens comme Love & Vegetables, une série de dîners mensuels . Encore une fois, même si les gens ne coupent pas nécessairement la viande, ils semblent vouloir manger plus de plantes.

Les chefs du sud de la Floride observent également une attention accrue aux légumes. Giorgio Rapicavoli est chef à Eating House à Coral Gables :

1500 Degrees at Eden Roc sur Miami Beach est un steakhouse, mais le représentant des relations publiques Larry Carrino note que l'assiette de légumes et de céréales "Local Farmer's Delight" est l'un de leurs plus gros vendeurs nocturnes.

La chef Paula DaSilva élabore ses menus autour de produits locaux de saison et elle note :


Le dîner végétarien au South Beach Wine & Food Festival reflète une tendance plus large

Le dîner végétarien de Nobu est le premier événement explicitement végétarien au South Beach Wine & Food Festival. Le festin de ce soir est lié à la sortie 2012 du célèbre chef Nobu Matsuhisa, "Nobu's Vegetarian Cookbook".

Le dîner de 200 $ par siège a été l'un des premiers événements du festival à afficher complet, selon les organisateurs du South Beach Wine & Food Festival. Ce soir, alors que les convives se livrent à des aliments comme le risotto soba à la truffe noire, ils ne penseront probablement pas à quelle viande était "censée" être dans l'assiette. Cela reflète ce qui semble être un mouvement national plus large vers les aliments à base de plantes en tant que cuisine gastronomique à part entière et pas seulement en tant que régime de remplacement fade.

Dans un épisode de "America's Test Kitchen Radio" l'automne dernier, l'animateur Christopher Kimball a interviewé Yotam Ottolenghi, chef et auteur du livre de cuisine végétarienne "Plenty". Kimball a décrit une perception de la cuisine végétarienne :

En revanche, le livre d'Ottolenghi regorge de photographies luxuriantes de plats comme la salade de haricots verts à la coriandre, aux graines de moutarde et à l'estragon, de magnifiques recettes influencées par les racines culinaires méditerranéennes d'Ottolenghi. Tout comme le dîner végétarien de Nobu n'inclut pas le mot « sans viande », l'accent est mis dans « Plenty » sur l'abondance dans l'assiette, et non sur la viande qui manque.

Il y a eu la moindre baisse de la consommation de viande américaine, après un record historique de la dernière décennie. Et tandis que les Américains mangent toujours plus de viande que presque n'importe quel pays du monde, il semble y avoir un changement dans l'air du temps en faveur de la consommation de plus de légumes, même si nous ne mangeons pas beaucoup moins de viande.

Une récente vague de livres de cuisine attire également les Américains intéressés à manger plus de légumes, et pas seulement ceux qui suivent un régime végétarien.

Bien qu'il s'intitule "Sans viande : plus de 200 des meilleures recettes végétariennes", le dernier livre de recettes de Martha Stewart s'adresse aux végétariens, aux mangeurs de viande et aux "flexitariens" qui auraient pu intégrer les "lundi sans viande" à leur alimentation. Malgré le "sans viande" dans le titre, le livre de cuisine évite de réinventer les recettes de viande et se concentre sur des plats à base de légumes comme une trempette de pois chiches écrasés, de basilic et de radis avec des chips de pita ou une salade de chou frisé cru à la grenade et aux noix grillées.

"Les gens évoluent", a déclaré Stewart à Linda Gassenheimer sur "Topical Currents" de WLRN, "et je mange un peu moins de viande dans mon alimentation depuis plusieurs années maintenant. J'aime un régime plus léger. C'est juste quelque chose que j'attends avec impatience. . Je mange beaucoup de céréales et beaucoup de légumes. Je ne mange pas beaucoup de fromage non plus. J'aimerais pouvoir mais je ne le fais pas."

Les livres de cuisine s'adressent également aux Américains qui font face ou veulent éviter des problèmes de santé. Le prochain livre du chef et chroniqueur du New York Times Mark Bittman, "VB6", se concentre sur son mode de vie consistant à manger des aliments végétaliens avant 18 heures. Le soir, il inclut des produits laitiers et de la viande s'il le souhaite, mais avec modération.

Bittman était en surpoids et en mauvaise santé lorsqu'il a commencé à manger, la préférant aux régimes contenant des aliments interdits ou qui comptaient les calories. Il était également intéressé par une alimentation plus végétale pour des raisons environnementales.

Bittman a rapporté dans un essai de NPR qu'il avait perdu 30 livres et amélioré sa santé en mangeant du "VB6". Le livre vise à suggérer un mode de vie « flexitarien » pour ceux qui aiment tous les aliments mais souhaitent incorporer plus de fruits, de légumes et de grains entiers dans leur alimentation.

Miami est généralement un endroit soucieux de leur corps - sinon nécessairement de leur santé - donc certains convives ici gravitent également vers un régime plus maigre pour maintenir un bon physique. Cependant, de nombreux résidents de Miami viennent également de pays d'Amérique latine et des Caraïbes où au moins les plats de « soul food » les plus courants sont assez riches en glucides et en viande. Comme l'a dit un de mes cousins ​​guatémaltèques : « Ce n'est pas un repas s'il n'y a pas de viande dans l'assiette.

Malgré cela, il semble y avoir un intérêt à manger (et à boire) plus de légumes localement, avec l'augmentation des clubs d'achat de légumes en vrac, des points de jus, des dîners de la ferme à la table et des événements végétaliens comme Love & Vegetables, une série de dîners mensuels . Encore une fois, même si les gens ne coupent pas nécessairement la viande, ils semblent vouloir manger plus de plantes.

Les chefs du sud de la Floride observent également une attention accrue aux légumes. Giorgio Rapicavoli est chef à Eating House à Coral Gables :

1500 Degrees at Eden Roc sur Miami Beach est un steakhouse, mais le représentant des relations publiques Larry Carrino note que l'assiette de légumes et de céréales "Local Farmer's Delight" est l'un de leurs plus gros vendeurs nocturnes.

La chef Paula DaSilva élabore ses menus autour de produits locaux de saison et elle note :


Le dîner végétarien au South Beach Wine & Food Festival reflète une tendance plus large

Le dîner végétarien de Nobu est le premier événement explicitement végétarien au South Beach Wine & Food Festival. Le festin de ce soir est lié à la sortie 2012 du célèbre chef Nobu Matsuhisa, "Nobu's Vegetarian Cookbook".

Le dîner de 200 $ par siège a été l'un des premiers événements du festival à afficher complet, selon les organisateurs du South Beach Wine & Food Festival. Ce soir, alors que les convives se livrent à des aliments comme le risotto soba à la truffe noire, ils ne penseront probablement pas à quelle viande était "censée" être dans l'assiette. Cela reflète ce qui semble être un mouvement national plus large vers les aliments à base de plantes en tant que cuisine gastronomique à part entière et pas seulement en tant que régime de remplacement fade.

Dans un épisode de "America's Test Kitchen Radio" l'automne dernier, l'animateur Christopher Kimball a interviewé Yotam Ottolenghi, chef et auteur du livre de cuisine végétarienne "Plenty". Kimball a décrit une perception de la cuisine végétarienne :

En revanche, le livre d'Ottolenghi regorge de photographies luxuriantes de plats comme la salade de haricots verts à la coriandre, aux graines de moutarde et à l'estragon, de magnifiques recettes influencées par les racines culinaires méditerranéennes d'Ottolenghi. Tout comme le dîner végétarien de Nobu n'inclut pas le mot « sans viande », l'accent dans « Plenty » est mis sur l'abondance dans l'assiette, pas sur la viande qui manque.

There's been the slightest drop in American meat consumption, after an all-time high last decade. And while Americans still eat more meat than almost any country in the world, there seems to be a shift in the zeitgeist toward eating more vegetables, even if we're not eating that much less meat.

A recent spate of cookbooks also appeals to Americans interested in eating more vegetables, and not just those on a vegetarian diet.

Although it's called "Meatless: More than 200 of the Very Best Vegetarian Recipes," Martha Stewart's newest cookbook is aimed at vegetarians, meat eaters and "flexitarians" who might have incorporated "Meatless Mondays" into their diets. Despite the "meatless" in the title, the cookbook avoids reinventing meat recipes and focuses on vegetable-forward dishes like smashed chickpea, basil and radish dip with pita chips or raw kale salad with pomegranate and toasted walnuts.

"People evolve," Stewart told Linda Gassenheimer on WLRN's "Topical Currents", "and I've been eating a little less and less meat in my diet for several years now. I like a lighter diet. It's just something I look forward to. I eat a lot of grains and a lot of vegetables. I don't eat a lot of cheese either. I wish I could but I don't."

Cookbooks are also aimed at Americans who face or want to prevent health issues. Chef and New York Times columnist Mark Bittman's forthcoming book, "VB6," centers on his lifestyle of eating vegan food before 6 p.m. In the evenings, he includes dairy and meat if he desires, but in moderation.

Bittman was overweight and in poor health when he started this eating habit, choosing it over diets with forbidden foods or that counted calories. He was also interested in eating a more plant-based diet for environmental reasons.

Bittman reported in an NPR essay that he lost 30 pounds and improved his health while eating "VB6". The book aims to suggest a "flexitarian" lifestyle for those who love all foods but want to incorporate more fruits, vegetables and whole grains into their diets.

Miami is generally a body-conscious--if not necessarily health-conscious place--so some diners here also gravitate to a leaner diet to maintain a good physique. However, many Miami residents also hail from countries in Latin America and the Caribbean where at least the most common "soul food" dishes are pretty carb- and meat-heavy. As a Guatemalan cousin of mine once said, "It's not a meal if there's not meat on the plate."

Despite this, there seems to be an interest in eating (and drinking) more vegetables locally, with the increase in bulk vegetable-buying clubs, juicing spots, farm-to-table dinners and vegan events like Love & Vegetables, a monthly dinner series. Again, even if people aren't necessarily cutting out meat, they seem to be gravitating towards eating more plants.

South Florida chefs are observing an increased attention to vegetables, too. Giorgio Rapicavoli is a chef at Eating House in Coral Gables:

1500 Degrees at the Eden Roc on Miami Beach is a steakhouse, but public relations representative Larry Carrino notes that the "Local Farmer's Delight" vegetable-and-grains plate is one of their biggest nightly sellers.

Chef Paula DaSilva crafts her menus around seasonal local produce and she notes:


Vegetarian Dinner at South Beach Wine & Food Festival Reflects Broader Trend

Nobu's Vegetarian Dinner is the first explicitly vegetarian event at South Beach Wine & Food Festival. Tonight's feast is tied to acclaimed chef Nobu Matsuhisa's 2012 release, "Nobu's Vegetarian Cookbook."

The $200-per-seat dinner was one of the first festival events to sell out, according to South Beach Wine & Food Festival organizers. Tonight, as diners indulge in foods like black truffle soba risotto, they likely won't be thinking of what meat was "supposed" to be on the plate. This reflects what seems to be a broader national movement toward plant-based food as gourmet cuisine in its own right and not just as a bland replacement diet.

On an episode of "America's Test Kitchen Radio" last fall, host Christopher Kimball interviewed Yotam Ottolenghi, chef and author of the vegetarian cookbook, "Plenty." Kimball described one perception of vegetarian cooking:

In contrast, Ottolenghi's book is full of lush photographs of dishes like green bean salad with coriander, mustard seeds and tarragon, gorgeous recipes influenced by Ottolenghi's Mediterranean cooking roots. Just as Nobu's Vegetarian Dinner does not include the word "meatless," the focus in "Plenty" is on the abundance on the plate, not on the meat that's lacking.

There's been the slightest drop in American meat consumption, after an all-time high last decade. And while Americans still eat more meat than almost any country in the world, there seems to be a shift in the zeitgeist toward eating more vegetables, even if we're not eating that much less meat.

A recent spate of cookbooks also appeals to Americans interested in eating more vegetables, and not just those on a vegetarian diet.

Although it's called "Meatless: More than 200 of the Very Best Vegetarian Recipes," Martha Stewart's newest cookbook is aimed at vegetarians, meat eaters and "flexitarians" who might have incorporated "Meatless Mondays" into their diets. Despite the "meatless" in the title, the cookbook avoids reinventing meat recipes and focuses on vegetable-forward dishes like smashed chickpea, basil and radish dip with pita chips or raw kale salad with pomegranate and toasted walnuts.

"People evolve," Stewart told Linda Gassenheimer on WLRN's "Topical Currents", "and I've been eating a little less and less meat in my diet for several years now. I like a lighter diet. It's just something I look forward to. I eat a lot of grains and a lot of vegetables. I don't eat a lot of cheese either. I wish I could but I don't."

Cookbooks are also aimed at Americans who face or want to prevent health issues. Chef and New York Times columnist Mark Bittman's forthcoming book, "VB6," centers on his lifestyle of eating vegan food before 6 p.m. In the evenings, he includes dairy and meat if he desires, but in moderation.

Bittman was overweight and in poor health when he started this eating habit, choosing it over diets with forbidden foods or that counted calories. He was also interested in eating a more plant-based diet for environmental reasons.

Bittman reported in an NPR essay that he lost 30 pounds and improved his health while eating "VB6". The book aims to suggest a "flexitarian" lifestyle for those who love all foods but want to incorporate more fruits, vegetables and whole grains into their diets.

Miami is generally a body-conscious--if not necessarily health-conscious place--so some diners here also gravitate to a leaner diet to maintain a good physique. However, many Miami residents also hail from countries in Latin America and the Caribbean where at least the most common "soul food" dishes are pretty carb- and meat-heavy. As a Guatemalan cousin of mine once said, "It's not a meal if there's not meat on the plate."

Despite this, there seems to be an interest in eating (and drinking) more vegetables locally, with the increase in bulk vegetable-buying clubs, juicing spots, farm-to-table dinners and vegan events like Love & Vegetables, a monthly dinner series. Again, even if people aren't necessarily cutting out meat, they seem to be gravitating towards eating more plants.

South Florida chefs are observing an increased attention to vegetables, too. Giorgio Rapicavoli is a chef at Eating House in Coral Gables:

1500 Degrees at the Eden Roc on Miami Beach is a steakhouse, but public relations representative Larry Carrino notes that the "Local Farmer's Delight" vegetable-and-grains plate is one of their biggest nightly sellers.

Chef Paula DaSilva crafts her menus around seasonal local produce and she notes:


Vegetarian Dinner at South Beach Wine & Food Festival Reflects Broader Trend

Nobu's Vegetarian Dinner is the first explicitly vegetarian event at South Beach Wine & Food Festival. Tonight's feast is tied to acclaimed chef Nobu Matsuhisa's 2012 release, "Nobu's Vegetarian Cookbook."

The $200-per-seat dinner was one of the first festival events to sell out, according to South Beach Wine & Food Festival organizers. Tonight, as diners indulge in foods like black truffle soba risotto, they likely won't be thinking of what meat was "supposed" to be on the plate. This reflects what seems to be a broader national movement toward plant-based food as gourmet cuisine in its own right and not just as a bland replacement diet.

On an episode of "America's Test Kitchen Radio" last fall, host Christopher Kimball interviewed Yotam Ottolenghi, chef and author of the vegetarian cookbook, "Plenty." Kimball described one perception of vegetarian cooking:

In contrast, Ottolenghi's book is full of lush photographs of dishes like green bean salad with coriander, mustard seeds and tarragon, gorgeous recipes influenced by Ottolenghi's Mediterranean cooking roots. Just as Nobu's Vegetarian Dinner does not include the word "meatless," the focus in "Plenty" is on the abundance on the plate, not on the meat that's lacking.

There's been the slightest drop in American meat consumption, after an all-time high last decade. And while Americans still eat more meat than almost any country in the world, there seems to be a shift in the zeitgeist toward eating more vegetables, even if we're not eating that much less meat.

A recent spate of cookbooks also appeals to Americans interested in eating more vegetables, and not just those on a vegetarian diet.

Although it's called "Meatless: More than 200 of the Very Best Vegetarian Recipes," Martha Stewart's newest cookbook is aimed at vegetarians, meat eaters and "flexitarians" who might have incorporated "Meatless Mondays" into their diets. Despite the "meatless" in the title, the cookbook avoids reinventing meat recipes and focuses on vegetable-forward dishes like smashed chickpea, basil and radish dip with pita chips or raw kale salad with pomegranate and toasted walnuts.

"People evolve," Stewart told Linda Gassenheimer on WLRN's "Topical Currents", "and I've been eating a little less and less meat in my diet for several years now. I like a lighter diet. It's just something I look forward to. I eat a lot of grains and a lot of vegetables. I don't eat a lot of cheese either. I wish I could but I don't."

Cookbooks are also aimed at Americans who face or want to prevent health issues. Chef and New York Times columnist Mark Bittman's forthcoming book, "VB6," centers on his lifestyle of eating vegan food before 6 p.m. In the evenings, he includes dairy and meat if he desires, but in moderation.

Bittman was overweight and in poor health when he started this eating habit, choosing it over diets with forbidden foods or that counted calories. He was also interested in eating a more plant-based diet for environmental reasons.

Bittman reported in an NPR essay that he lost 30 pounds and improved his health while eating "VB6". The book aims to suggest a "flexitarian" lifestyle for those who love all foods but want to incorporate more fruits, vegetables and whole grains into their diets.

Miami is generally a body-conscious--if not necessarily health-conscious place--so some diners here also gravitate to a leaner diet to maintain a good physique. However, many Miami residents also hail from countries in Latin America and the Caribbean where at least the most common "soul food" dishes are pretty carb- and meat-heavy. As a Guatemalan cousin of mine once said, "It's not a meal if there's not meat on the plate."

Despite this, there seems to be an interest in eating (and drinking) more vegetables locally, with the increase in bulk vegetable-buying clubs, juicing spots, farm-to-table dinners and vegan events like Love & Vegetables, a monthly dinner series. Again, even if people aren't necessarily cutting out meat, they seem to be gravitating towards eating more plants.

South Florida chefs are observing an increased attention to vegetables, too. Giorgio Rapicavoli is a chef at Eating House in Coral Gables:

1500 Degrees at the Eden Roc on Miami Beach is a steakhouse, but public relations representative Larry Carrino notes that the "Local Farmer's Delight" vegetable-and-grains plate is one of their biggest nightly sellers.

Chef Paula DaSilva crafts her menus around seasonal local produce and she notes:


Vegetarian Dinner at South Beach Wine & Food Festival Reflects Broader Trend

Nobu's Vegetarian Dinner is the first explicitly vegetarian event at South Beach Wine & Food Festival. Tonight's feast is tied to acclaimed chef Nobu Matsuhisa's 2012 release, "Nobu's Vegetarian Cookbook."

The $200-per-seat dinner was one of the first festival events to sell out, according to South Beach Wine & Food Festival organizers. Tonight, as diners indulge in foods like black truffle soba risotto, they likely won't be thinking of what meat was "supposed" to be on the plate. This reflects what seems to be a broader national movement toward plant-based food as gourmet cuisine in its own right and not just as a bland replacement diet.

On an episode of "America's Test Kitchen Radio" last fall, host Christopher Kimball interviewed Yotam Ottolenghi, chef and author of the vegetarian cookbook, "Plenty." Kimball described one perception of vegetarian cooking:

In contrast, Ottolenghi's book is full of lush photographs of dishes like green bean salad with coriander, mustard seeds and tarragon, gorgeous recipes influenced by Ottolenghi's Mediterranean cooking roots. Just as Nobu's Vegetarian Dinner does not include the word "meatless," the focus in "Plenty" is on the abundance on the plate, not on the meat that's lacking.

There's been the slightest drop in American meat consumption, after an all-time high last decade. And while Americans still eat more meat than almost any country in the world, there seems to be a shift in the zeitgeist toward eating more vegetables, even if we're not eating that much less meat.

A recent spate of cookbooks also appeals to Americans interested in eating more vegetables, and not just those on a vegetarian diet.

Although it's called "Meatless: More than 200 of the Very Best Vegetarian Recipes," Martha Stewart's newest cookbook is aimed at vegetarians, meat eaters and "flexitarians" who might have incorporated "Meatless Mondays" into their diets. Despite the "meatless" in the title, the cookbook avoids reinventing meat recipes and focuses on vegetable-forward dishes like smashed chickpea, basil and radish dip with pita chips or raw kale salad with pomegranate and toasted walnuts.

"People evolve," Stewart told Linda Gassenheimer on WLRN's "Topical Currents", "and I've been eating a little less and less meat in my diet for several years now. I like a lighter diet. It's just something I look forward to. I eat a lot of grains and a lot of vegetables. I don't eat a lot of cheese either. I wish I could but I don't."

Cookbooks are also aimed at Americans who face or want to prevent health issues. Chef and New York Times columnist Mark Bittman's forthcoming book, "VB6," centers on his lifestyle of eating vegan food before 6 p.m. In the evenings, he includes dairy and meat if he desires, but in moderation.

Bittman was overweight and in poor health when he started this eating habit, choosing it over diets with forbidden foods or that counted calories. He was also interested in eating a more plant-based diet for environmental reasons.

Bittman reported in an NPR essay that he lost 30 pounds and improved his health while eating "VB6". The book aims to suggest a "flexitarian" lifestyle for those who love all foods but want to incorporate more fruits, vegetables and whole grains into their diets.

Miami is generally a body-conscious--if not necessarily health-conscious place--so some diners here also gravitate to a leaner diet to maintain a good physique. However, many Miami residents also hail from countries in Latin America and the Caribbean where at least the most common "soul food" dishes are pretty carb- and meat-heavy. As a Guatemalan cousin of mine once said, "It's not a meal if there's not meat on the plate."

Despite this, there seems to be an interest in eating (and drinking) more vegetables locally, with the increase in bulk vegetable-buying clubs, juicing spots, farm-to-table dinners and vegan events like Love & Vegetables, a monthly dinner series. Again, even if people aren't necessarily cutting out meat, they seem to be gravitating towards eating more plants.

South Florida chefs are observing an increased attention to vegetables, too. Giorgio Rapicavoli is a chef at Eating House in Coral Gables:

1500 Degrees at the Eden Roc on Miami Beach is a steakhouse, but public relations representative Larry Carrino notes that the "Local Farmer's Delight" vegetable-and-grains plate is one of their biggest nightly sellers.

Chef Paula DaSilva crafts her menus around seasonal local produce and she notes:


Voir la vidéo: 2017 SOBE Wine and Food Fest (Janvier 2022).